L’argile : une merveille de la Nature au milles vertus

argile ostéopathie julien moreno ostéopathe montpellier

Dans cet article vous allez découvrir les vertus extraordinaires de l’argile verte et son pouvoir guérisseur.

Je vous expliquerais également comment utiliser cette argile verte dans votre vie quotidienne.

 

Vous avez déjà sans doute souffert d’une entorse, d’une tendinite.

Vous avez peut-être mal au dos ou souffrez de diarrhée.

Peut-être souffrez-vous d’acidité gastrique ou encore d’arthrite.

Votre polyarthrite rhumatoïde vous empoisonne la vie et vous aimeriez vous soulager naturellement.

Le talc de votre bébé ne vous convient pas et vous souhaitez en trouver un qui vous corresponde.

Une de vos plaies à du mal a cicatrisé ou commence à s’infecter ?

 

Si je vous disais que l’argile verte peut soulager ces maux, l’utiliseriez-vous ?

 

Évidemment que oui !

 

Bonne nouvelle, l’argile peut vous aider, certainement plus que vous l’imaginer. C’est ce que je vais développer, avec vous, dans cet article.

 

L’argile n’aura plus de secret pour vous.

 

L’argile : la nature vous montre toujours le chemin

 

C’est peut-être la première fois que vous entendez parler de l’argile.

Sans doute en avez-vous entendu parler au détour d’un article sur Facebook ou d’une conversation ou peut-être même sous son autre nom : la terre glaise.

Mais vous savez déjà ce que c’est, il suffit d’observer la nature.

De toujours, les animaux se roulent dans la boue, instinctivement, pour soulager leurs blessures, nettoyer leur système digestif ou encore se protéger des insectes.

 

Pourquoi serait-ce bénéfique uniquement pour les animaux, me direz-vous ?

 

Et bien les peuples ancestraux utilisaient déjà l’argile dans leur pharmacie.

À la fois remède, complément alimentaire et outil de prévention, elle est à la fois purifiante et nettoyante, ces peuples l’utilisaient déjà pour guérir leurs maux et combler certaines carences.

Il en est alors de même aujourd’hui ! Nous sommes certes moins proches de la nature que l’étaient nos ancêtres, mais cette tradition thérapeutique liée à l’utilisation de l’argile s’est perpétuée dans le temps et à travers les âges.

Cette utilisation ancestrale témoigne de son efficacité thérapeutique.

 

L’argile, qu’est ce que c’est ?

 

L’argile, c’est une roche sédimentaire, c’est-à-dire qu’elle est composé de la décomposition d’espèces minérales.

Elle est composée principalement de silicates et de minéraux.

 

Les silicates, c’est quoi ?

C’est la famille de minéraux les plus abondants de cette planète ! Leur capacité d’absorption est ramrquable et c’est une des propriétés qui rend l’utilisation de l’argile très intéressante.

 

Il y a plusieurs couleurs argiles :

  • Blanche ou kaolinite : très riche en silice. La diminution de la concentration de silice dans le corps humain est en partie responsable de l’apparition des rides : faites donc un masque d’argile blanche mesdames.

 

  • Verte : c’est celle dont je vais vous parler dans cet article. C’est la plus adsorbante et la plus riche en minéraux.

 

  • Jaune : elle est moins riche que l’argile verte et convient mieux aux peaux sensibles.

 

  • Rouge : elle est très riche en oligo-éléments et en acides ferriques oxydés (d’où sa couleur rouge). Très bonne pour stimuler la circulation sanguine.

 

  • Rose : c’est un mélange de 3/4 d’argile blanche et 1/4 d’argile rouge, combinant alors les propriétés revitalisantes et purifiantes des deux argiles.

 

  • Violette : c’est un mix de plusieurs argiles qui la rend particulièrement riche en silice. Elle est à utiliser préférentiellement avec les peaux sèches et fragiles.

 

C’est bien souvent cette classification qui est utilisée pour différencier les argiles.

Mais ce n’est pas la couleur qui différencie le type et les propriétés de l’argile utilisée !

 

La différence se fait au niveau de la structure moléculaire de l’argile. Certaines argiles ont une structure en feuillet, d’autres ont une structure plutôt fibreuse et c’est cette information qui influe sur les pouvoirs d’absorption ou d’adsorption (fixation des gaz et bactérie en surface de l’argile). Je ne rentrerais pas dans les détails, mais pour faire simple il existe 4 grandes familles d’argiles :

 

  • L’argile montmorillonite : ce sont des argiles de très bonne qualité, riche en minéraux et en silice, très polyvalente. Ce sont les plus utilisées dans la santé. En plus de leur propriété absorbante, elles ont une exceptionnelle faculté d’adsorption ce qui leur donne une action reminéralisante et détoxifiante. Elle s’utilise aussi bien en usage interne qu’en usage externe.

 

  • L’argile kaolinite : c’est une argile riche en silice au fort pouvoir anti bactérien et cicatrisant. Elle est idéale en usage interne (ballonnement, diarrhée, constipation, reflux …) ainsi qu’en masque de beauté.

 

  • L’argile illite : ce sont des argiles communes dont la capacité d’absorption est bien supérieure à la capacité d’adsorption ce qui la rend très intéressante dans les soins de peau ainsi que sur les oedèmes (entorse de cheville).

 

  • L’argile attapulgite : c’est la famille d’argile la plus absorbante et la moins absorbante ce qui fait d’elle un pansement digestif exceptionnel (reflux, ulcère, constipation …). Petite astuce maison : elle possède de très bonnes propriétés détachantes.

 

Si vous ne deviez en avoir qu’une, ce serait l’argile verte montmorillonite !

 

Sous quelle forme ? 

 

On trouve essentiellement l’argile sous 3 conditionnements :

  • concassé : idéale pour les cataplasmes

 

  • en poudre : idéale pour le poudrage (plaies, fesse pour bébé) ou pour les masques de beauté

 

  • en tube : l’argile est déjà humide, ce mode de conditionnement la rend pratique et essentiellement utile pour la pose de masque de beauté

 

Quelles sont les vertus de l’argile ?

 

L’argile verte est une mine d’or de bienfaits, longtemps oubliée, elle revient sur le devant de la scène pour se dévoiler et briller.

 

  • Antiseptique et antibactérienne : stérile, elle combat les bactéries en excès en créant un environnement non favorable à la croissance de ces dernières. Elle permet d’éliminer les parasites intestinaux et de rééquilibrer la flore intestinale.

 

  • Antitoxique : Les propriétés absorbantes de l’argile en font un antipoison efficace.

 

  • Absorbante : L’argile est capable d’absorber entre 20% et 50% de son poids en liquide et en gaz. Cette propriété est utilisée notamment en dermatologie et en cas d’intoxication intestinale (antitoxique).

 

  • adsorbante : c’est la capacité de fixer les gaz, bactérie et liquide à sa surface ce qui permet de drainer les éléments nocifs vers l’extérieur du corps.

 

  • Dépurative : cette propriété découle des deux précédente. C’est pour cela que l’on utilise l’argile pour ces vertus, anti-inflammatoires, anti oedème, cicatrisant et purifiant.

 

  • Hémostatique : la kaolinite et l’attapulgite sont particulièrement utiles lorsqu’il s’agit de faire coaguler le sang, notamment dans certaines maladies digestives telles que les ulcère ou recto-colite hémorragique.

 

  • Sédative : Les propriétés anti-inflammatoire et sédative de l’argile la rendent particulièrement intéressante dans les coups, hématome douleur articulaire, musculaire, tendinite, douleur dentaire, oedème.

 

  • Cicatrisante : Son ph neutre agit comme un véritable catalyseur favorisant les réactions chimiques indispensables à la vie. Cette propriété est particulièrement intéressante pour les plaies et les ulcères.

 

  • Énergisante : La richesse de l’argile en minéraux et oligo-élément la rend efficace dans les douleur articulaire, fracture, anémie et déminéralisation. Ces minéraux et oligo-éléments sont directement transférés au corps.

 

  • Colloïdale : elle modifie les liquides avec lesquels elle entre en contact.

 

  • Riche en minéraux : La richesse minérale de l’argile explique ses propriétés, mais pas uniquement. Les ions plus vont permettre l’échange et l’équilibre de la balance ionique : ils sont indispensables pour l’activité de certaines enzymes qui activent ou accélère certaines réactions chimiques au sein du corps humain.

 

 

L’argile en pratique : ses utilisations

 

Passons à présent à la pratique : on n’utilise pas l’argile n’importe comment, n’importe où, sur n’importe qui, dans n’importe quel cas !

Il faut personnaliser le mode d’application et faire des essais pour enfin mettre en place un traitement suivi.

 

En usage externe

 

1- Le cataplasme

 

Un cataplasme est une préparation pâteuse que l’on déposera sur la peau dans un but thérapeutique.

Dans notre cas, les indications sont larges grâce aux propriétés de l’argile :

  • Brûlure : elle permet d’éviter l’apparition de cloque
  • traumatisme : peut importe le traumatisme, même s’il y a une plaie,la propriété antiseptique de l’argile la rende adéquat à cet usage. Elle permet d’éviter l’infection, de réduire les hématomes, les oedèmes, l’inflammation.
  • Cicatrice : elle permet d’accélérer la cicatrisation.
  • Dent : posé sur la joue le cataplasme atténue les douleurs dentaires, ç ne remplace pas le dentiste cependant (et oui !).
  • inflammation et infection 

 

Comment préparer un cataplasme d’argile verte :

Sauf « urgence », utiliser de l’argile concassée, sinon en poudre.

Munissez-vous d’un saladier en verre, verser la quantité souhaiter d’argile (soyez généreux). Couvrez d’eau et attendez une heure que l’argile se désagrège au contact de l’eau (écoutez là, elle chante !) et ne malaxer pas (cela réduit le pouvoir d’absorption de la l’argile).

Si vous devez malaxer l’argile, utiliser une cuillère en bois et non une cuillère en métal : l’eau mélanger à l’argile créer une charge électrique nécessaire aux effets thérapeutiques, il faut donc éviter d’utiliser un métal pour éviter le transfert d’ions.

Ensuite, déposer l’argile avec la cuiller en bois sur un torchon (qu’il faudra laver après utilisation), une bande gaz (que l’on jette après utilisation), de l’essuie-tout ou une feuille de chou (qui garde l’humidité de l’argile).

Il va falloir commencer par des tests concernant les 3 paramètres principaux du cataplasme :

 

La taille :

Il doit faire la taille de la blessure ou de la zone douloureux + 2cm de plus autour.

 

L’épaisseur :

 

Plus le cataplasme est épais, plus vous profiterez longtemps de l’effet de l’argile. MAIS, il faut habituer la zon à l’argile, commencez donc par une petite épaisseur (un demi-centimètre à un centimètre) pour finir a 2 cm au bout de quelques jours.

 

La température : 

 

Vous ne ferez pas la même application en hiver, en automne ou en été :

  • un cataplasme froid sera bien toléré en été ou dans une région chaude
  • et peut devenir intolérable en hiver au changement de saison

Certains organes comme le foie sont des organes chargés de sang, il peut atteindre 40 degrés en interne, appliquer une argile tiède pour ne pas utiliser la chaleur de l’organe est une bonne stratégie (idem pour l’estomac, la vessie, les reins).

Si vous appliquer le cataplasme froid, il doit se réchauffer assez rapidement, si ce n’est pas le cas, c’est que le corps n’a pas l’énergie nécessaire pour le réchauffer : c’est à vous de le faire.

 

Comment réchauffer l’argile ?

 

Au bain-marie, au soleil ou près d’un radiateur. Il faut une montée en chaleur et une chaleur très douce pour et ne pas la cuire.

 

La pose : 

 

L’argile se place contre la peau avec la feuille de votre choix. Étant lourde une fois humide, il est indispensable de bander la zon pour éviter que l’argile tombe ou coule.

 

Combien de temps garder le cataplasme ?

 

Là encore c’est très variable (de 15 minutes à deux heures), mais je vais vous donner certains signes qui montrent que vous devez enlever votre cataplasme (son action drainante et nettoyante peut entraîner des réactions) :

  • L’argile est sèche : l’argile sèche n’a plus aucun effet, il est temps d’enlever le cataplasme et de jeter l’argile.

 

  • Sensation de brûlure : refaites un test en modifiant la température, sinon enlevez le cataplasme et jeter l’argile.

 

  • Rougeurs, démangeaisons, bouton : c’est tout à fait normal, cette réaction diminuera dans le temps.enlevez l’argile, jetez-la et recommencer dans 2 h. Si toute fois cette réaction est vive et ne diminue pas au bout d’une semaine et plusieurs applications : tournez-vous vers une argile moins chargée en minéraux et plus adaptée à votre peau (kaolinite par exemple blanche ou rose).

 

  • Recrudescence des symptômes aux premières applications : c’est l’action nettoyante et drainante de l’argile, pas d’inquiétude, continuez les applications.

 

Combien de temps faire ces cataplasme : de deux jours à 2 mois en fonction de la raison pour laquelle vous utilisé l’argile. Si vous voyez que vos douleurs ne diminuent pas, n’hésitez pas à prendre rendez-vous.

 

2- le poudrage

 

On peut utiliser une argile en poudre pour un usage externe.

L’argile est poudre est un talc pour bébé très efficace et naturel !

Elle est également très efficace sur les problèmes de peau, les boutons ou en cas de saignement.

Enfin si vos gencives ont tendance à être sensible et à saignée, un peu d’argile sur la brosse à dents 2 fois par semaine.

 

3- pour nos amis les bêtes

 

Vous pouvez faire un cataplasme d’argile à vos animaux, ils sont très réceptifs à ce genre de traitement et vous en remercieront !

 

4- les masques de beauté

 

Un masque de 15 minutes à l’argile verte nettoiera votre visage et rendra votre peau toute douce !

 

En usage interne

 

L’eau argileuse est puissante nettoyant en usage interne.

On l’utilisera notamment dans les cas d’ulcères, de diarrhée, en cas d’infection, de rhumes, d’anémie ou en désinfection ou pour stimuler vos défenses immunitaires.

 

Il faut prendre malgré tout quelques précautions : l’emploi de l’argile n’est pas anodin. Bien que ce soit naturel, cela ne signifie pas sans risque ! Il n’y a pas besoin de consommer de grosse dose d’argile.

Si vous présentez une tension artérielle élevée ne prenez pas d’argile par voie interne, elle enrichit beaucoup de sang.

La prise d’argile en interne peut entraîner une constipation, car entraînent les déchets contenus dans les intestins. Il vous faudra alors soit boire plus d’eau, une tisane laxative ou laisser l’argile décanter et ne boire que l’eau et non le dépôt d’argile au fond du verre.

Les jours de prises ne manger pas trop gras, notamment d’huile, l’argile durcit a son contact et les intestins n’apprécient pas.

 

Préparation de l’eau argileuse

 

Tout d’abord, choisissez une argile blanche ou verte (attapulgite ou kaolinite) en poudre.

Préparez l’eau la veille au soir pour le lendemain matin afin que l’argile libère tous ses actifs dans l’eau.

Remplissez un verre d’eau au 3/4 puis verser une cuiller à café d’argile et laisser agir la nuit.

Les premiers jours, ne buvez que l’eau et non le déport pour habituer le corps à la prise d’argile en interne et au bout du 3e jour mélangez partiellement l’eau et l’argile et buvez en laissant une partie de l’argile au fond du vert. À la fin de la semaine, buvez argile et eau.

NB : ne jetez pas votre argile dans l’évier, vous risqueriez de boucher les conduits.

 

Pendant combien de temps ?

 

Cela dépend de la raison qui vous a amené à utiliser l’argile.

 

En cas de diarrhée vous pouvez prendre 2 à 3 verres d’argile par jour jusqu’à disparition de la diarrhée.

Pour une pathologie spécifique : une verre par jour pendant 3 semaines, puis faites une pause d’une semaine pour reprendre 3 semaine / 1 semaine jusqu’a disparition de la maladie. Diminuer progressivement sur une semaine avant l’arrêt de la cure.

 

Réactions possibles

 

Votre corps peut parfois réagir vivement à un nettoyage en évacuant diverses substances ou déclenchant une diarrhée et/ou constipation. Si la réaction est trop vive espacer les prises, le processus de nettoyage est en place.

 

Pour résumer : votre plan d’action

 

1- déterminer vos besoins précisément

 

De quelle pathologie souffrez-vous ? C’est à cette question que vous devez répondre, c’est pour cela qu’il est essentiel de vous rendre chez un professionnel de santé pour établir un diagnostic.

 

Quel usage de l’argile ? Cette question dépend de la précédente. En fonction du problème vous opterez pour un usage externe en cataplasme ou interne.

 

2- trouver l’argile qui correspond à mes besoins

 

En fonction de l’usage que vous faites de l’argile, il faudra opter :

  • Pour une famille d’argile : montmorillonite en externe et attapulgite ou kaolinite en interne par exemple
  • un conditionnement : concassée pour cataplasme, en poudre en interne, pour les fesses de bébé ou en « urgence », en tube pour un masque de beauté
  • une charge minérale : votre peau peut réagir fortement au contact de l’argile, il convient alors de faire des tests et trouver une argile qui correspond à votre peau en cas d’usage externe.

 

3- Allez-y progressivement

 

Sauf « urgence », l’utilisation de l’argile doit se faire progressivement pour habituer votre corps.

Il vous faut donc faire des tests sur plusieurs paramètres :

  • en externe :
    • le type d’argile en fonction de votre peau
    • le temps de pose qui s’allongera avec le temps
    • l’épaisseur du cataplasme
    • la température (très important)
  • en interne :
    • le type d’argile
    • boire d’abord l’eau puis après quelques jours l’argile et l’eau

 

4- espacez les applications en fin de cure

 

N’arrêtez pas d’un seul coup, le corps aime la douceur et la progressivité pour ne pas se sentir agressé et entraîne des hypo ou hyperréactions.

 

 

Prenez votre santé en main

 

Vous savez tout sur l’argile et ses utilisations, c’est à présent à vous de jouer !

 

L’argile ne se substitue en aucun à un avis médical, c’est pour cela qu’il est important de ne pas s’improviser médecin.

Dans le cas de douleur, d’entorse ou de traumatisme votre ostéopathe saura déterminer l’origine du problème, et saura vous conseiller sur la mise en place ‘dune cure d’argile si nécessaire.

Il est alors temps pour vous de prendre rendez-vous, et de faire le choix d’aller mieux.

 

Prenez soin de vous,

 

Julien.

2 thoughts on “L’argile : une merveille de la Nature au milles vertus

Laisser un commentaire